Non à l'Etat Sarko

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon

NON A L'ÉTAT SARKO



En 2002, nous avions été une large majorité à faire le choix de voter contre Le Pen au second tour. Cette fois-ci, la période est encore bien plus dangereuse, puisque Sarkozy pourrait être élu, alors qu'il représente une menace importante pour les droits de l'Homme et aussi pour l'environnement. Evoquons quelques risques :

    •     Un fort risque d'hyper-concentrati on de tous les pouvoirs au sein d'une formation pyramidale parfaitement contrôlée par son "chef". L'Etat UMP ou l'Etat Sarko…

    •     Un fort risque de contrôle total des deux assemblées, de l'exécutif, du judiciaire, du conseil constitutionnel, d'une bonne part des médias ;

    •     Un risque d'affrontement social et de fracture accentuée, sociale et "régionale" ;

    •     Un risque de régression d'une démocratie, certes imparfaite, mais que nous essayons de faire vivre et d'améliorer, tous ensemble ;

    •     Le risque d'une politique à la "Thatcher" (là-bas, elle a duré 10 ans et profondément individualisé le pays) ;

    •     Le risque d'un aventurisme extérieur dangereux pour la paix ;

    •     Le risque de voir augmenter le budget de l'armée et du nucléaire au détriment de l'éducation, de la culture, de la solidarité et des énergies renouvelables (EPR, projet de construire un nouveau porte-avions) ;

    •     Le risque d'un jacobinisme exacerbé, d'un pouvoir central trop fort qui n'entendra guère les Bretons… On en a déjà eu un avant-goût avec le refus du candidat UMP de ratifier la Charte européenne des langues régionales, et de se prononcer quant à la réunification administrative de la Bretagne… Avec Sarkozy, ce sera Paris-Neuilly et le reste du Monde !

Face à de tels enjeux, on ne peut rester spectateur. Il faut se mobiliser pour la défense de la démocratie, c'est-à-dire pour battre Sarkozy.

C'est aux citoyens de le faire, et de convaincre individuellement les gens qu'il faut battre la droite extrême et voter pour Ségolène Royal. Au-delà du traditionnel débat droite contre gauche, c'est bien d'un combat pour la démocratie qu'il s'agit ici. Un combat qu'il faut remporter dimanche prochain.

[Reprise d'un texte de la Fédération UDB du Trégor-Goëlo]

Publié dans Elections

Commenter cet article