Violences à Brest, pour l’UDB : ni la violence, ni l’opposition tranquille

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon

Pour l’UDB : ni la violence, ni l’opposition tranquille

brXX-1201190-9-20070507-px-300--w-ouestfrance-.jpg

    Avant et pendant la campagne des présidentielles, casseurs et émeutiers ont provoqué un réflexe de peur et, en réponse, une démagogie sécuritaire, identitaire et xénophobe. Ils ont alimenté les fantasmes d’une prétendue menace et déroulé le tapis rouge au national-sarkozysme.

    La violence stupide qui continue à se maquiller en radicalité contestataire est un faux nez : elle ne fait que masquer l’incapacité de leurs auteurs à organiser une résistance civique et démocratique ou à y participer un tant soit peu.

    C’est à cela qu’il faut s’atteler, et vite : développer des espaces de vie, de liberté, de créativité au sein desquels on puisse continuer à agir pour une société plus juste et plus libre.

    L’UDB, qui condamne sans appel les violences perpétrées ces derniers jours à Brest, n’est pas pour autant dans une opposition bien tranquille, en attente de l’alternance. Elle invite les Brestois à l’établissement d’un contre pouvoir démocratique par l’investissement dans la vie politique, associative et syndicale, seule démarche capable de générer un développement social harmonieux.

Pour l’UDB Brest-Bas-Léon, Anne-Marie Kervern

Publié dans Elections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article