Pôle de compétitivité mer: lettre ouverte à François Cuillandre

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon


Union Démocratique Bretonne                                        25/10/2005
Section de Brest et Bas-Léon
Mel : udbbrestbasleon@yahoo.fr

à Monsieur François Cuillandre
Président de Brest métropole océane


Monsieur le Président



L’Union Démocratique Bretonne participe à la mobilisation générale autour du Pôle de compétitivité Mer mais reste vigilante sur les conditions de l’accord cadre qui sera passé entre les pôles, l’Etat, et les collectivités locales, ainsi que sur l’efficacité des moyens qui lui seront attribués pour jouer son rôle d’ « accélérateur de projets » et occuper une place de premier rang dans la compétition mondiale.

La maîtrise de la mer est aujourd’hui un enjeu de développement majeur. L’UDB ne peut donc que se réjouir de la labellisation par le CIADT du pôle de compétitivité Mer dont la Bretagne et le Technopole Brest-Iroise sont des têtes de pont.

Il faut  maintenant saisir la chance que représentent nos caractéristiques géographiques et nos atouts humains face à une concurrence mondiale existante mais dispersée. Il faut obtenir un pilotage au plus près du terrain car le développement économique se joue maintenant dans les régions : décentralisation des moyens, coordination serrée des interventions du niveau local au niveau européen, mise en réseau des initiatives, cohérence de la stratégie avec une politique de développement économique globale de la Bretagne. Pour construire de véritables filières, souvenons-nous que c’est l’organisation en « clusters » qui s’est  imposée au Pays Basque Sud comme moteurs de l’innovation et de la croissance.

Pour optimiser notre situation d’avant poste en matière de sécurité et de  sûreté maritime comme en océanographie côtière, nos savoir faire en ingénierie navale, nos compétences diversifiées dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture, notre capacité de recherche en biologie marine, il nous faut une regroupement fort d’acteurs associés interconnectés et partageant une problématique commune. Cette structure fédérative devra bénéficier d’une implication des pouvoirs publics sur la durée et ceux-ci devraient concentrer leurs aides sur le pôle. C’est avec cette méthode et dans ces conditions que les Basques ont développé de manière spectaculaire la part des exportations de secteurs créés ex nihilo comme l’aéronautique et gagné le pari insensé de sauver leur sidérurgie.
Brest a des cartes à jouer dans l’amélioration des systèmes de surveillance maritimes avec un projet de véhicule sous marin, dans les opérations de détection par des robots de la corrosion des coques de navire, dans la prévention des risques, dans le développement des énergies renouvelables marines, dans la caractérisation des ressources halieutiques, dans l’identification et de la valorisation de molécules actives…Le champ de l’innovation est vaste et des milliers d’emplois en dépendent.

 La récente nappe de pollution record au large de la Bretagne et l’insuffisante caution de 500 000€ demandée au deuxième transporteur mondial démontrent encore une fois que seule l’union de tous les acteurs concernés, soutenue par une volonté politique forte, peuvent faire aboutir des revendications anciennes et légitimes, comme la traçabilité de tous les déchets des navires.

L’entreprise étant de première importance, L’UDB demande au Président de Brest métropole océane de tout mettre en œuvre pour garantir la synergie des acteurs, l’engagement de l’Etat au niveau des enjeux et exprimer cette volonté politique sans lesquelles le pôle de compétitivité risque de n’être qu’une structure supplémentaire.

Nous vous prions d’agréer, monsieur le Président, l’expression de notre respectueuse considération.

                Pour l’UDB, Jean Heurtel, membre du bureau

Publié dans Mer et littoral

Commenter cet article