Cargill, cheval de Troie du soja transgénique en Bretagne

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon

Cargill, cheval de Troie du soja transgénique en Bretagne



La  section UDB du pays de Brest et du Bas Léon s’élève vivement contre la décision du préfet du Finistère autorisant le doublement de la production de l’usine Cargill de Brest, qui passera de 450 000 à 900 000 tonnes.

L’UDB juge cette décision inquiétante à plusieurs égards.

Elle a pour effet mécanique d'accroître les importations d’OGM et les dangers réels pour l’environnement qui vont avec. L’UDB ne cesse à ce propos de dénoncer la logique d’apprentis sorciers et la politique du fait accompli d’une large partie de l’industrie agro-alimentaire.

Quoiqu’en dise la direction de l’usine, la traçabilité des OGM est défaillante et interdit aux consommateurs le droit élémentaire à une information transparente.

Elle constitue un nouveau déni de démocratie de la part des pouvoirs publics, en s’opposant à la profonde réticence des citoyens vis à vis des OGM (trop de sondages en apportent la preuve) et à la volonté des Bretons de construire « Une Bretagne sans OGM du champ à l’assiette », exprimée démocratiquement à travers le Conseil Régional. L’UDB constate ainsi que le principe de précaution, loin de guider l’action publique, se limite en fait aux seuls discours et déclarations.

L’UDB déplore enfin l’augmentation induite des nuisances subies par les riverains du Guelmeur et de Saint Marc (poussières allergéniques, odeurs incommodantes, bruits…). L’annonce d’une diminution de 10% des odeurs sans traiter les autres sources de nuisances paraît nettement insuffisante et donne une idée de la considération que la direction de l’usine accorde à la population brestoise.

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article