Le CPE est mort, mais la vigilance demeure !

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon

 Communiqué de presse  
Rennes, le 10 avril 2006



Le CPE est mort, mais la vigilance demeure !
La priorité est à donner à la formation et à la qualification,
coeur de compétence des Régions





L’Union démocratique bretonne (UDB) se félicite du retrait du CPE. L’unité des forces sociales (syndicats étudiants et salariés) et les mobilisations citoyennes ont permis une victoire face à la volonté du gouvernement de généraliser la précarité salariale.  Les millions de jeunes ou de moins jeunes qui ont manifesté ces deux derniers mois aspirent à vivre dignement de leur travail. Ils n’admettent pas qu’on leur demande d’accepter précarité et flexibilité alors que les grandes entreprises et leurs dirigeants ont, ces dernières années, multiplié leurs profits ou rémunérations au détriment des salariés et de l'investissement productif.


La vigilance reste de mise, car si  le gouvernement a cédé au bout de deux mois, ce dernier n’a pas changé et le premier Ministre reste convaincu qu’il détient la vérité. A cet égard sa déclaration de ce lundi est sans ambiguïté.


Le gouvernement enterre le CPE et propose en urgence une batterie de mesures autour de l’insertion des jeunes. Encore une fois, curieuse méthode, car où est la concertation ? Bâclée, comme d’habitude, sauf à penser que les parlementaires de l ’UMP sont représentatifs des partenaires sociaux !


L’Union démocratique bretonne considère que la politique de l’emploi doit donner la priorité à la formation des personnes non qualifiées et non diplômées, les jeunes évidemment, mais aussi les moins jeunes. La formation en alternance est une réponse possible parmi d’autres (pour mémoire, le gouvernement Raffarin a supprimé les contrats de qualification en alternance, il y a quelques années). Par souci de cohérence, donc d'efficacité, les Régions, qui sont compétentes en matière de formation initiale et continue, doivent être au cœur de cette nouvelle politique de l'emploi à créer.  


          Pour l’Union démocratique bretonne,

            Robert Pédron, Tél. : 06 75 59 15 15
          Herri Gourmelen, Tél. : 02 99 81 01 27

Publié dans Economie et société

Commenter cet article