Bretagne sans OGM ! L’UDB appelle au rassemblement du 2 avril à Brest !

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon

La section de Brest de l’Union démocratique bretonne (UDB) appelle à participer au rassemblement organisé par le collectif « Bretagne sans OGM » le samedi 2 avril à 14 heures devant les silos de soja transgénique de l’usine Cargill au port de commerce de Brest.

Cette action a pour but de faire voir et entendre le refus des OGM en Bretagne. Le choix de l’usine Cargill s’imposait. Cette usine est en effet le principal portail d’entrée en Bretagne du soja transgénique destiné à l’alimentation animale. Spécialisée dans la trituration du soja et de colza, cette unité de transformation est bien connue des Brestois pour les nombreuses nuisances qu’elle occasionne sans vergogne (poussières allergéniques du soja, odeurs pestilentielles, bruits…) ainsi que pour son opacité et le mépris avec lequel elle traite les interrogations légitimes des citoyens.

Profondément attachée à la santé publique, à la préservation de la diversité biologique, au droit du consommateur à l’information, l’UDB dénonce la logique d’apprenti sorcier qui guide une partie de l’industrie agroalimentaire et demande le respect du principe de précaution.

L’UDB rappelle que le Conseil régional a voté en octobre 2004, à sa grande satisfaction, un texte intitulé « Une Bretagne sans OGM du champ à l’assiette », qui vise à promouvoir une Bretagne sans OGM, compte tenu notamment des incertitudes sur la santé humaine, des risques de dissémination, de la nécessité de permettre la survie et le développement d’une filière sans OGM et des dérives possibles quant à l’appropriation et à la manipulation du vivant. La Bretagne fait par ailleurs partie des vingt régions européennes qui ont adopté, le 4 février à Florence, une charte revendiquant le droit de se protéger de la contamination transgénique et demandant des sanctions contre les responsables de pollutions génétiques.

L’Union démocratique bretonne souligne dans ce cadre l’absolue nécessité d’une séparation claire des filières avec et sans OGM. Cette séparation est actuellement impossible, aucun règlement européen n’imposant de mentionner la présence d’OGM sur l’étiquetage des aliments destinés aux élevages, ni sur l’étiquetage des produits issus des animaux ayant consommé des OGM. L’UDB soutient la revendication de Greenpeace pour un étiquetage obligatoire des OGM dans les produits animaux et issus d’animaux afin que les consommateurs aient pleinement connaissance de la composition des aliments qu’ils achètent.

Ronan Divard
Porte-parole de l’Union démocratique bretonne / Mouezh Unvaniezh Demokratel Breizh
(contacts : ronan.divard@wanadoo.fr; 02 98 07 01 32 ; 06 32 29 30 84)

Jean-Jacques Page,
Porte-parole délégué à l’environnement/ Mouezh Unvaniezh Demokratel Breizh evit an endro (contacts : udbvannes@wanadoo.fr , 02 97 47 51 27)

Publié dans Environnement

Commenter cet article