Le tramway, oui si …

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon

La section de Brest et du Bas -Léon de UDB a examiné de façon approfondie le projet de tramway adopté par le Conseil de communauté le 17 décembre 2004.


L'UDB est très favorable au projet de création d'un tramway à Brest et ceci pour plusieurs raisons.

   →  En réduisant la pollution automobile, la création d'un tramway s'inscrit dans le cadre du développement durable auquel l'UDB est très attachée même si nous n'ignorons pas que 80% de l'énergie est , en France, d'origine nucléaire.

   →  L'UDB a toujours été favorable aux transports en commun. Pendant le mandat municipal 1977-1983, l' UDB , au travers de ses trois élus municipaux à Brest, avait beaucoup bataillé pour la défense des "busards" comme certains commerçants appelaient à l'époque les usagers des transports en commun.

   →  Le tramway développera la fréquentation des transports en commun par son confort, son accessibilité aux handicapés, son niveau de fréquence élevé. Alors que les bus actuels sont fréquentés essentiellement par une clientèle "captive" (scolaires, personnes âgées, personnes sans voiture), le tramway permettra d'attirer d'autres couches de la population.

   →  Opposée à la conception américaine d'une ville dédiée au "tout voiture" traversée d'autoroutes, l' UDB fait sienne la conception européenne d'une ville qui ne nie pas la voiture mais en limite l'emprise sur l'espace public. Pour l'UDB, les centre-villes doivent être dévolus aux échanges, à la culture, à la convivialité et à la flânerie à l'abri du bruit et de la pollution.

   →  Si Brest veut former avec Rennes et Nantes la troisième composante de la Bretagne de demain, un tramway est indispensable. Le tramway est tout aussi indispensable qu'une université, un aéroport ouvert sur l'international, un CHU, un technopôle, un Zénith …


Pour autant, l'UDB ne mésestime pas l'ampleur et les difficultés du projet:

   →  L'UDB est perplexe devant le coût du projet qui s'élève à 245 millions d'euro (en valeur 2003) soit l'équivalent de 1000 bus ou 5 budgets annuels d'investissement de la communauté urbaine.

   →  L'UDB  s'inquiète de la capacité de la communauté urbaine à maîtriser le coût du projet alors que les Brestois ont encore en tête les déficits successifs de Brest 2000 et Brest 2004 (opérations bien différentes il est vrai). La dérive des coûts a déjà commencé comme le montre l'annonce par la communauté urbaine d'une indemnisation des commerçants plus élevée que celle prévue par la réglementation.

   →  L'UDB constate la fragilité du financement qui, depuis la suppression injustifiée des subventions par le gouvernement Raffarin, repose quasi-exclusivement sur le versement transport, taxe payée par les employeurs publics et privés de plus de 9 salariés. Le projet de tramway représente un pari sur l'avenir et sur le développement de l'emploi salarié sur le territoire de la communauté urbaine pour les 30 ans à venir, durée des emprunts.

   →  L' UDB déplore le manque de pédagogie de Brest Métropole Océane qui peine à convaincre les Brestois de l'utilité de ce projet et de son absence d'impact sur leur feuille d'impôts.


Pour l'UDB , les conditions de réussite du projet de tramway passent par deux voies:

   →  Evaluation. Un projet si coûteux mérite de faire l'objet d'une évaluation en continu. L' UDB propose la création à cet effet d'une instance d'évaluation indépendante de Brest Métropole Océane et de la future société d'économie mixte. Il pourrait s'agir d'une commission d'usagers ou d'une émanation des comités de quartiers. Cette instance serait assistée d'experts indépendants.

   →  Mesures d'accompagnement.  L'UDB propose la mise en place de mesures anti-spéculatives pour maîtriser le prix du foncier tout le long du trajet (comme à Sotteville Lès Rouen) sinon ce projet qui a, notamment, pour but de permettre l'accès à tous du centre-ville deviendrait contre-productif en réservant la ville aux classes moyennes et supérieures.

Publié dans Brest

Commenter cet article