Manifestation anti-nucléaire à Rennes le 17 janvier 2007

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon

Communiqué de presse
11 janvier 2007






 


Nucléaire : contre la construction du réacteur EPR, des chèques de 3,3 milliards d'euros dans  45 villes  dont Brest

L'appel du  Collectif STOP-EPR  et du Réseau Sortir du nucléaire sera relayé à Brest le samedi 13 janvier 2007. 

Le rendez-vous est fixé à 14h30 devant le centre des impôts, rue Duquesne.

Ce jour là, dans de nombreuses villes de France, le Réseau "Sortir du nucléaire" et le collectif Stop-EPR déposeront dans des agences EDF, ou à des représentants de l’Etat Français, des chèques géants de 3,3 milliards d'euros : il s'agit du prix du réacteur nucléaire "EPR" que le gouvernement et les multinationales EDF et Areva entendent construire à Flamanville (Manche), contre l'avis de la majorité de la population.

Une étude commandée par le Réseau "Sortir du nucléaire"   montre que, investie dans des plans d'économies d'énergie et de développement des énergies renouvelables, cette même somme permettrait de dégager au total (en cumulant les économies ainsi réalisées et les productions) deux fois plus d'électricité tout en créant quinze fois plus d'emplois.

Construire un réacteur EPR à Flamanville ou ailleurs est inutile, coûteux, dangereux :

-  Inutile car la France est excédentaire en production d’électricité en base (9 réacteurs sur 58 pour l’exportation),

-  Inutile car l’arrêt fortuit de la centrale thermique de Cordemais en Loire-Atlantique (1700 MW situés dans le département charnière Bretagne historique / Pays de la Loire) vient de démontrer l’importance de développer les économies d’énergie et des solutions énergétique décentralisées et diversifiées en Bretagne. La construction d’un EPR à Flamanville ne résout en rien les problèmes de consommation et de réseau en Bretagne et Pays de la Loire. Elle impose de plus la réalisation d’une nouvelle ligne THT d’au moins 150 km (400 à 600 pylônes).

-  Coûteux : 3,3 milliards d’euros prévus,

-  Dangereux : Les risques sont les mêmes que les réacteurs actuels : déchets nucléaires, risque d'accident, risque terroriste, prolifération...

Le 17 mars 2007, à un mois du premier tour de l'élection présidentielle, le Réseau "Sortir du nucléaire" et le collectif Stop-EPR organisent 5 manifestations simultanées (à Rennes, Lille, Strasbourg, Lyon, et Toulouse), pour marquer les esprits et obtenir des candidats l'annulation de la construction de l'EPR à Flamanville en Normandie ou ailleurs.

Pour la région Bretagne, c'est à Rennes, le 17 mars,  que convergeront  tous ceux et celles qui ne résolvent pas

à voir notre pays poursuivre sa "folle"aventure du nucléaire.

Un départ en car est prévu de Brest. Se renseigner au 06 18 85 13 16


Christian Bucher

Publié dans Environnement

Commenter cet article