Cent propositions de Ségolène ROYAL - Sans propositions de régionalisation.

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon

Cent  propositions de Ségolène ROYAL - Sans propositions de régionalisation.

Avis de recherche : l’Union démocratique bretonne recherche désespérément la régionalisation dans les 100 propositions de Ségolène Royal, régionalisation perdue entre Quimperlé et Villepinte. Récompense à toute personne qui nous aidera à la retrouver.

Alors que les internautes sont accueillis sur le blog du PS breton, intitulé : « désirs d’avenir Breizh » par un  « degemer mad » et par un « gwenn ha du » en fond d’écran, l’Union démocratique bretonne se pose la question de l’absence du sujet majeur de la régionalisation dans les cent propositions de la candidate Ségolène Royal à la présidence de la république.
Des discours de Quimperlé et de Guingamp, à l’automne dernier, qui avaient aux oreilles des  bretons un goût de déjà entendu, (le candidat François Mitterrand dans son discours de Lorient ne promettait-il pas des « réparations historiques dues à la Bretagne » ?), à celui de Villepinte le 12 février, les propositions s’effacent, disparaissent.

Oubliée,  la ratification de la Charte de Conseil de l’Europe sur les langues régionales  et minoritaires promise à Quimperlé et à Guingamp….

Disparu, l’enthousiasme régionaliste du discours devant les congressistes de l’Association de Régions de France à Dijon le 15 décembre dernier…

Aujourd’hui, au-delà du « coup de jeune à l’Etat colbertiste et jacobin » du discours de Ségolène Royal à Villepinte, et alors que le candidat Sarkozy aborde la décentralisation à dose homéopathique  dans sa campagne, comme si le sujet était tabou ; les candidats de l UDF et des Verts, François Bayrou et  Dominique Voynet eux, font de la régionalisation et de la révision du découpage administratif un point important des leurs.

L’Union démocratique bretonne attend de la candidate du Parti socialiste des engagements véritables pour une authentique régionalisation, à l’instar de ce qui  existe et fonctionne ailleurs en Europe, pour la préservation et la promotion de la diversité linguistique et culturelle et pour la réunification administrative de la Bretagne. Ces trois questions sont essentielles et complémentaires.

Les électeurs bretons et plus largement, les électeurs attachés à une régionalisation ambitieuse dans le cadre d’une VI ème République rénovée et garante de l’équité entre les individus comme des territoires, attendent non plus de vagues promesses, mais des engagements précis et concrets afin de pouvoir voter par adhésion et non par défaut.    

Mona  BRAS
Porte-parole de l’Union démocratique bretonne

Publié dans Bretagne

Commenter cet article