Manifestation du 4 octobre 2005

Publié le par Kevrenn UDB Bro Vrest Goueled Leon

L’UDB appelle à participer à la journée d’action du 4 octobre pour l’emploi, les salaires, les droits des salariés et contre la précarisation par le « contrat de nouvelles embauches »

La section de Brest et du Bas - Léon de l’Union démocratique bretonne (UDB) appelle les Brestois à manifester place de la Liberté à 10h30 mardi 4 octobre. L’UDB considère que les cent jours de Dominique de Villepin n’ont guère convaincu et que le gouvernement file tout droit vers un Waterloo politique. Si quelques rares décisions peuvent être jugées positivement (incitation à la reprise d’emploi, augmentation de la prime pour l’emploi), le bilan global est largement négatif et les options retenues ne sont pas de nature à redonner le moral aux salariés et aux demandeurs d’emploi.

Face à un chômage massif persistant, à un pouvoir d’achat en baisse (stagnation des salaires et hausse du prix du pétrole, de l’énergie, de l’immobilier…), aux graves atteintes portées aux droits des salariés et à la précarisation croissante de l’emploi avec la mise en place du contrat de nouvelles embauches (CNE), il est une nouvelle fois nécessaire de se mobiliser pour exprimer son inquiétude et son mécontentement et tenter de peser sur la politique du gouvernement et l’attitude du patronat.

L’UDB tient à exprimer tout particulièrement son désaccord avec la mise en place du « contrat de nouvelles embauches », adopté en catimini par ordonnance au coeur de l’été. Le CNE correspond à une négation de quasiment tous les droits des salariés. Un employeur peut par simple lettre recommandée licencier à tout moment un salarié en CNE et n’est même pas tenu de faire connaître le motif de sa décision, ce qui est en contradiction avec le Code du travail (article L 122-14-2), la Convention internationale de l’OIT et le Charte sociale européenne. Cette possibilité de rupture discrétionnaire sans indemnisation aucune est scandaleuse. Le risque est immense que le CNE soit utilisé moins pour créer des emplois nouveaux que  comme substitut aux CDD, voire aux CDI.

En matière de droits des salariés, L’UDB dénonce également l’ordonnance portant sur les seuils. Les salariés âgés de moins de 26 ans ne seront plus comptabilisés dans l’effectif pour le calcul des seuils pour l’élection des représentants du personnel. Ainsi, le gouvernement affirme on ne peut plus clairement qu’à ses yeux, les représentants du personnel seraient nuisibles à la bonne marche d’une entreprise. Pour l’UDB, bien au contraire, le dialogue social dans l’entreprise, indispensable au bien-être des salariés mais aussi au bon fonctionnement de l’entreprise, passe par un renforcement de la représentation du personnel.

Publié dans Economie et société

Commenter cet article